S’appuyant sur une enquête réalisée auprès de plus de 1 300 enseignant(e)s, accompagnée de groupes de discussion et d’entretiens, le rapport « Garantir des droits en matière de migration et de mobilité du personnel enseignant » met en avant la voix des enseignant(e)s et présente une synthèse de leurs points de vue. Nous vous présentons ici ce qu’ils disent de leur expérience.

Le personnel enseignant migrant estime en grande majorité qu’enseigner à l’étranger offre des avantages sur le plan professionnel. 99 % des personnes interrogées déclarent que leur expérience à l’étranger a eu un effet positif sur leurs méthodes d’enseignement. Plus de 65 % d’entre elles affirment que cette expérience leur a permis de renforcer leur capacité à travailler avec des élèves ayant des besoins très différents, de leur apporter des outils pédagogiques et d’améliorer leurs compétences linguistiques.  

Certain(e)s enseignant(e)s signalent également des difficultés, le plus souvent l’éloignement de la famille et la gestion des classes. Un groupe moins nombreux déclare avoir été victime d’exploitation, voire de trafic d’êtres humains. 

Les flux de migration internationale sont de plus en plus « féminins », le personnel enseignant n’échappe pas à cette règle. 61 % des personnes interrogées dans le cadre de l’enquête préalable au rapport « Garantir des droits en matière de migration et de mobilité du personnel enseignant » étaient des femmes, dont la plupart ont décidé d’émigrer en vue de poursuivre des objectifs professionnels.