Selon le HCR, le Liban accueille actuellement environ un million de réfugiés syriens, dont la moitié sont des enfants. Plus de 252 000 enfants réfugiés syriens sont en âge d’être scolarisés, mais seulement 30% sont inscrits à l'école.

Pour évaluer les causes sous-jacentes de cette situation, l'Internationale de l'Education et Friedrich Ebert Stiftung ont décidé de mener une enquête, en collaboration avec le syndicat Public Primary Schools Teachers League in Lebanon (PPSTL), la Ligue des Professeurs de l'Enseignement Secondaire Public du Liban (LPESPL) et le syndicat Teachers Syndicate of Lebanon (TSL).

Suite à une réunion de planification d'une journée avec tous les affiliés en mai 2016 visant à définir les objectifs, la portée et la méthodologie de l'enquête, celle-ci a été administrée lors de quatre ateliers régionaux de consultation organisés entre octobre et novembre 2016 dans la région de Bekaa, au sud du Liban, à Beyrouth / Mont Liban et les régions du Nord, rassemblant un total de 213 enseignants et personnels administratifs.

L'analyse des questionnaires permet une compréhension globale des facteurs qui empêchent les enfants réfugiés syriens d'accéder à l'éducation, notamment le manque de places dans les écoles publiques ou la situation financière désastreuse des familles syriennes pour soutenir les coûts de transport et qui entraine des enfants à travailler afin de soutenir les dépenses du foyer.

Les répondants ont également souligné une série de facteurs qui provoquent l'absentéisme et le décrochage chez les enfants réfugiés syriens, comme la barrière de la langue liée à la spécificité d'un curriculum libanais multilingue, le faible niveau d'éducation des enfants et des parents syriens et l'interruption de l'éducation pour une longue période en raison du conflit et des déplacements forcés.

L'étude montre que seulement 55% des enseignants et du personnel interrogé ont participé à des initiatives de développement professionnel et de formation au cours des deux dernières années, bien que la présence d'enfants réfugiés en classe ait eu un impact sur leurs méthodes d'enseignement et d'évaluation.

Dans l'ensemble, l'enquête montre la relation entre l'accès à une éducation de qualité pour les enfants réfugiés et les réformes nécessaires du système éducatif libanais, au-delà des politiques et programmes actuels, afin d'améliorer l'accès à l’école, la qualité des environnements d'apprentissage, des processus d'enseignement et d'apprentissage ainsi que des conditions de travail des enseignants libanais et du personnel scolaire.

Suite à la publication du rapport de l’enquête, une série d'ateliers sera organisée en collaboration avec tous les syndicats de l'éducation participants afin de développer des stratégies de plaidoyer fondées sur les données recueillies dans le cadre de l'enquête.