Les enfants déplacés de force peuvent vivre un périple de plusieurs années avant de s’installer définitivement avec leur famille dans leur pays d’accueil. Une fois cet objectif atteint, il se peut que la scolarisation ne figure pas au rang des priorités absolues, dans la mesure où les personnes déplacées doivent faire face à des problèmes urgents tels que les procédures administratives, les solutions d’hébergement, les soins de santé, etc.

Par conséquent, la rescolarisation n’est pas un chemin linéaire pour ces enfants tenus à l’écart des salles de classe pendant une longue période, si tant est qu’ils aient eu la chance d’être un jour scolarisés. Très souvent, ces enfants quittent l’école bien plus rapidement qu’ils n’y sont entrés.

Afin de lutter contre de telles situations, deux enseignantes belges, Marie Pierrard et Juliette Pirlet, ont créé « La Petite Ecole », qui entend soutenir le processus d’intégration des enfants et de leur famille dans le milieu scolaire. L’objectif de La Petite Ecole est à la fois d’encourager la scolarisation des enfants et de favoriser leur réussite. Elle leur offre une période de transition tout en douceur afin de les habituer à être séparés de leur famille, leur dispense des cours de langue et leur inculque les règles élémentaires ainsi que les comportements sociaux qu’ils sont censés adopter à l’école. Enfin, elle promeut l’estime de soi dont ils auront besoin pour relever ce nouveau défi. Ce projet est avant tout centré sur le développement d’une approche individuelle pour chaque enfant. L’une de ses priorités est de nouer une solide relation de confiance entre l’établissement scolaire et les parents, car elle est fondamentale pour garantir la réussite scolaire des enfants nouvellement scolarisés.

Cette « école » a vu le jour en février 2016 et accueille en moyenne, dans deux classes, 12 enfants âgés de 6 à 15 ans provenant des quatre coins du monde (la Syrie, la Guinée, le Sénégal, le Maroc, etc.). Plusieurs institutions collaborent avec cette initiative afin d’accompagner les enfants et leur offrir un large éventail d’activités de soutien: sport, soutien psychologique, art, etc.

La période de transition au sein de La Petite Ecole est décidée au cas par cas selon le degré de préparation des enfants et de leur famille. L’équipe en charge du projet les accompagne tout au long du processus de scolarisation en prenant contact avec les écoles, en exposant la situation de l’enfant, en faisant visiter l’établissement scolaire, etc.

Depuis janvier 2017, « La petite école des devoirs » fournit un soutien scolaire aux anciens élèves, et permet de maintenir un contact avec les enfants (et leur famille) qui ont fréquenté La Petite Ecole.