La conférence « Esperienze e proposte per l’apprendimento dell’Italiano L2 nelle classi multilingue e multiculturali », qui s’est tenue à Castellammare del Golfo le 30 mai 2018 a réuni 80 participants pour discuter de leurs expériences et de propositions visant à améliorer l’éducation des nouveaux arrivants, en particulier concernant l’apprentissage de l’italien en tant que deuxième langue dans des classes multilingues et multiculturelles.

Les résultats et les produits (cours de langue en ligne) du projet « Una lingua per il lavoro » [Une langue pour travailler], mené avec le soutien financier du Fonds Asile, Migration et Intégration (FAMI 2014-2020), ont notamment été présentés. Grâce à ce projet, le Centre de formation des adultes de Trapani s’est associé à des acteurs locaux (Istituto Comprensivo S. Bagolino et deux associations) pour développer des cours de langue spécialisés, associés à des modules de formation professionnelle initiale, en s’appuyant sur des activités lancées en 2016-2017 avec le soutien de l’Internationale de l’Éducation et IRASE-UIL Scuola. 

Des représentants de l’université Ca’ Foscari de Venise et de l’université de Palerme ont échangé leurs expériences en matière de ciblage des femmes migrantes et de développement de modules de formation linguistique dans la langue maternelle des migrants.

Sonia Grigt, auteur de « Le voyage de l’espoir : l’éducation des enfants réfugiés et non accompagnés » [The Journey of Hope: Education for refugee and unaccompanied children in Italy], a présenté les résultats ainsi que les recommandations formulées par l’Internationale de l’Éducation sur l’éducation des réfugiés tant au niveau national qu’européen, en s’appuyant sur les activités menées avec des affiliés de toute l’Europe et d’Italie depuis 2016. Elle a notamment insisté sur les différents aspects de l’inclusion dans l’éducation, sur les mesures nécessaires en plus des cours de langue intensifs et sur la nécessité de coordonner les différents acteurs concernés en la matière (autorités locales, centres d’hébergement, etc.), de diffuser et de systématiser les meilleures pratiques élaborées au niveau local et, enfin, de concevoir des mécanismes de financement prévisibles et durables pour les écoles et les établissements d’enseignement afin d’être en mesure de développer des stratégies d’intégration exhaustives et à long terme. Des exemplaires du rapport de l’IE ont été remis aux principales parties concernées présentes à la conférence.