Publié la semaine dernière par Human Rights Watch (HRW), ce Rapport mondial révèle que chaque jour en 2015, près de 17.000 enfants ont dû fuir leur maison en raison des persécutions et des conflits. Si l’accès à l’éducation joue un rôle capital dans le bien-être physique et émotionnel des enfants, il s’apparente à une chimère pour ceux qui vivent en situation d’urgence.

Le Rapport s’appuie sur les données de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, qui révèlent que si la moitié des 3,5 millions d’enfants réfugiés dans le monde en âge d’aller à l’école primaire fréquentent les bancs de l’école, moins d’un quart des 1,95 million d’enfants en âge d’aller à l’école secondaire ont accès à l’éducation. La situation est encore plus préoccupante pour les filles: à l’échelle mondiale, seules sept filles réfugiées pour dix garçons bénéficient d’un enseignement secondaire.

L’enseignement primaire largement privilégié

D’après le rapport, si le nombre record de réfugié(e)s et de personnes déplacées à l’intérieur de leur pays aux quatre coins du monde a attiré l’attention sur la nécessité de garantir l’accès à l’éducation des enfants déplacés, les réponses humanitaires à la crise se sont en grande partie concentrées sur l’enseignement primaire, au détriment de l’enseignement secondaire.

Ainsi, un document publié en marge de ce rapport se penche exclusivement sur l’enseignement secondaire et aborde les problèmes spécifiques auxquels il se trouve confronté au regard des situations d’urgence, en particulier dans les pays où les conflits contraignent les enfants à se déplacer. Il poursuit en proposant des solutions à l’intention des pays d’accueil, des bailleurs de fonds et des organisations humanitaires, afin de promouvoir et de garantir l’enseignement secondaire dans les pays touchés par les crises ou les flux massifs de réfugié(e)s.

Le financement: autant un problème qu’une solution

S’ils sont à la source de ces problèmes, le financement et les politiques relatives aux réfugié(e)s constituent également des solutions pour les résoudre, postule le document. A l’échelle mondiale, moins de deux pour cent des fonds levés par les bailleurs sont consacrés à l’éducation en situation d’urgence. A cet égard, l’enseignement primaire se voit largement privilégié par rapport à l’enseignement secondaire. Enfin, il indique que l’allocation de ressources insuffisantes va de pair avec les politiques restrictives relatives aux réfugié(e)s mises en œuvre par les pays d’accueil, qui frappent encore plus durement les enfants à l’heure où ils entrent dans l’adolescence.

 

La conférence « L’éducation des enfants réfugiés: le plus court chemin vers l’égalité des chances et l’intégration », organisée par l’affilié de l’IE Lärarförbundet à la Teachers’ House de Stockholm les 21-22 Novembre 2016 avait pour objectif de formuler des propositions concrètes et réalisables qui pourront être mises en œuvre par les syndicats, les écoles et les enseignant(e)s des pays d’accueil et de transit.

Le document de travail de la conférence (disponible en anglais et en arabe) fournit des informations approfondies concernant la migration forcée dans le monde, les initiatives régionales et mondiales existant dans ce domaine ainsi que les défis auxquels sont confrontées les écoles dans les pays de destination et de transit. 

En réponse à la crise des réfugié(e)s, le syndicat NUT (Royaume-Uni) a créé une plateforme en ligne (en anglais) recensant des ressources pédagogiques développées par et pour les enseignants dans ce domaine.

Le portail comprend des fiches pédagogiques téléchargeables, des liens vers des sites internet utiles ainsi que des listes de livres traitant ce sujet et pouvant être étudiés en classe, aussi bien dans le primaire que dans le secondaire.

Le portail continue d'être alimenté au fur et à mesure que les enseignant(e)s envoient davantage de ressources qu'ils souhaitent partager avec leurs collègues. Le cas échéant, les personnes désireuses de disséminer du matériel sur ce sujet peuvent écrire à l'adresse suivante: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ci-dessous quelques exemples du type de ressources que l'on peut trouver sur le site:

  • des idées d'adaptation du programme scolaire afin d'y inclure les questions liées aux réfugié(e)s
  • Du matériel pour organiser une semaine à l'école sur la question des réfugié(e)s
  • Comment organiser un concours de poésie sur la migration forcée
  • Une bibliographie pour les élèves du primaire
  • Une bibliographie pour les élèves du secondaire

 

 

 

Le syndicat NUT (Angleterre et Pays de Galles) a produit un Guide pour les écoles intitulé "Accueillir des enfants réfugiés dans votre école". Il peut être téléchargé en anglais à partir du site du NUT et des copies imprimées sont disponibles par courriel en écrivant à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.. Le guide plaide pour une approche globale, comprenant toute la communauté éducative: les étudiants, les parents ainsi que les enseignants. Il met l'emphase sur le traitement de tous les enfants à travers une approche «par abilité», afin de construire l'identité et l'estime de soi de l'enfant plutôt que de regarder ce que l'enfant ne peut pas faire.

Les principes-clés d'une pratique efficace pour les enseignants confrontés pour la première fois à des enfants réfugiés énoncés dans le guide sont les suivants:

  • Une approche «par abilité» axée sur les atouts et talents des enfants;
  • Réussir à communiquer correctement avec les parents;
  • Des actions concrètes pour lutter contre les préjugés sur les réfugié(e)s;
  • Les enfants "résidentsé sont au cœur d'un dispositif scolaire promouvant l'accueil des réfugié(e)s;
  • Comprendre l'impact du traumatisme, de la séparation, du deuil ou du stress post-traumatique;
  • Célébrer la contribution des nouveaux arrivants par rapport à la communauté éducative d'accueil;
  • Adopter une approche centrée sur l'enfant.

 

 

Le guide de l'AFT "Enfants migrants et réfugiés: Guide pour les enseignants et le personnel de soutien scolairecomprend à la fois des informations générales sur l'immigration - notamment concernant les demandeurs d'asile qui traversent la frontière avec le Mexique - et des conseils pratiques pour les familles menacées par les raids et déportations des services d'immigration et de douanes (ICE).

Le guide donne des informations de base concernant l'immigration, y compris les raisons pour lesquelles tant de jeunes d'Amérique centrale décident de rejoindre les Etats-Unis, fuyant la violence des gangs, la criminalité et la traite des personnes; ou bien tentant de rejoindre des membres de leur famille vivant déjà aux Etats-Unis. Il redonne les principaux chiffres : depuis 2014, plus de 100.000 mineur(e)s non accompagné(e)s ont cherché refuge aux États-Unis, principalement provenant du Salvador, du Guatemala et du Honduras. Le guide décrit en quoi consiste un raid ICE: un groupe important d'agents armés qui viennent parfois sans mandat à l'aube et peuvent cibler les jeunes dont le statut a changé parce qu'ils ont récemment atteint l'âge de 18 ans. Il explique ce qui se passe lorsque quelqu'un est arrêté, en utilisant une carte reprenant toutes les étapes du processus.

Les mesures relevant du droit de l'immigration sont aussi décrites dans le guide: il explique notamment qu'il est interdit d'effectuer des Raids ICE sur la propriété de l'école, dans les hôpitaux, lors des funérailles, des mariages et autres cérémonies religieuses publiques et lors de manifestations publiques. Il rappelle enfin que les écoles ne peuvent pas fournir d'information provenant du dossier de l'étudiant à des agents fédéraux de l'immigration sans le consentement d'un parent.

Mais les pages les plus utiles concernant un ensemble d'outils pratiques à disposition de ceux qui veulent s'engager dans ce domaine. Il rappelle aux enseignants que la «création d'un espace sûr où les étudiants peuvent venir à vous pour obtenir du soutien et des conseils est la meilleure chose que vous pouvez faire pour vos élèves". Informer les élèves et leurs familles de leurs droits est l'une des directives les plus importantes, le guide fournit aussi un mémo intitulé "Que faire si l'ICE sonne à votre porte", qui peut être affiché dans les classes et les écoles. Parmi les conseils: "Ne pas ouvrir la porte car les agents pourraient ne pas avoir de mandat", "Ne pas parler sans d'abord consulter un avocat".

 

D'autres suggestions pour les éducateurs sont mises en avant:

  • Travailler avec les parents pour élaborer un plan d'urgence familial en cas de raid (Qui prendra soin des enfants? Économiser de l'argent pour les frais d'avocat)
  • Fournir un endroit sûr pour les étudiants dont un parent ou un frère a été détenu.
  • Fournir des conseils aux étudiants qui ont un membre de leur famille détenu.
  • Maintenir une liste de "personnes-ressources": avocats pro bono, militants asssociatifs, travailleurs sociaux.

Enfin, les enseignants sont invités à publier une lettre condamnant le raid; écrire au ministère de la Sécurité intérieure pour soutenir chaque élève ayant été détenu; et enfin adopter des résolutions au niveau de l'école et/ou du district pour protéger les étudiants des agents de l'ICE sur les campus scolaires, pour traiter tous les étudiants de façon équitable et former les enseignants sur la façon de traiter les questions d'immigration. Ce sont un ensemble de mesures concrètes pour lutter contre les attaques qui érodent la confiance vis-à-vis des éducateurs qui travaillent dur pour construire avec les élèves et les familles qu'ils servent.

The guide a été développé par l'AFT en partenariat avec United We Dream, le National Immigration Law Center et First Focus.